dimanche, 24 octobre , 2021

Cuidam : lutter contre le harcèlement au travail

La start-up de la semaine est Cuidam. Marie Sallaberry, cofondatrice de Cuidam nous a accordé une interview sur sa plateforme de lutte contre le...

Les derniers articles

Les conditions pour une concentration optimale au bureau

Le bien-être au travail est rarement le fruit du hasard. Il dérive plutôt d’un ensemble de conditions qui favorisent la sérénité et une concentration au bureau optimale. Ce sont là aussi d’importants facteurs de productivité. La bonne nouvelle est que ces conditions peuvent être mises en place. Un employeur attentif à la satisfaction de ses salariés a tout intérêt à y veiller, en évitant la multiplication des facteurs de stress qui nuisent à la concentration. 

Principaux facteurs de distraction et de stress au bureau

Bruits répétitifs ou insistants, pièces trop chaudes ou à l’inverse, trop froides, présence de courants d’air, air trop sec ou pollué : ce ne sont là que quelques-uns des facteurs de stress physique qui peuvent nuire à la concentration au bureau et donc à la productivité. Pourquoi ? Tout simplement parce que l’esprit est préoccupé par ces nuisances, au lieu de pouvoir se dédier intégralement à la tâche qu’il est censé maîtriser.

Pourtant, il s’agit là d’un domaine souvent ignoré ou dont l’importance au regard du bien-être au travail est largement sous-estimée. Ainsi, le bruit d’une imprimante suffit à rompre le fil de la pensée. Il va falloir reprendre toute la réflexion à zéro, sans garantie de retrouver le même élan créatif. De même, une atmosphère étouffante limite le bien-être physique et nuit aux capacités mentales.

D’autres facteurs sont plus subjectifs : ainsi, certains salariés peinent à travailler seuls et se concentrer dans un bureau dédié, alors que leurs collègues ne supportent pas de devoir partager leur espace de travail avec une personne qui n’a pas les mêmes habitudes qu’eux. Dans l’idéal, il faudrait donc associer uniquement des employés dont les pratiques sont compatibles ! Que dire dès lors de la mode récente des locaux open space ? Un article du Monde soulignait dernièrement à quel point ce type d’organisation altère la concentration.

La concentration au bureau : tout un art !

Et si l’art de la concentration au bureau résidait avant tout dans la paix et la tranquillité, autrement dit une bonne dose de silence ? Les spécialistes de l’ergonomie au travail estiment que dans les bureaux, un niveau de 55 dB ne devrait jamais être dépassé. Si vous ne savez pas à quoi correspond cette intensité de bruit, sachez qu’il s’agit du volume sonore d’une conversation normale. Mais pour pouvoir se concentrer sur un écran  et remplir des tâches demandant une concentration accrue, le niveau sonore maximal devrait plutôt se rapprocher de 35 dB.

Pour optimiser la concentration au bureau, le choix d’un équipement informatique silencieux s’impose. On trouve aujourd’hui des imprimantes dont les émissions sonores ne dépassent pas 48 dB. C’est encore un peu beaucoup, mais rien à voir avec les anciens modèles très bruyants ! Il semble tout aussi important de placer les équipements qui dépassent les seuils dans des pièces séparées ou encore de faire intervenir un spécialiste de l’insonorisation des locaux professionnels. Ce dernier pourra en particulier évaluer les travaux à effectuer sur les plafonds et les sols, mais aussi faire des propositions pour l’isolation acoustique des portes et des fenêtres.

Le chauffage et la ventilation sont bruyants ? Un réglage par un professionnel peut suffire à résoudre ce problème et à améliorer la concentration des salariés. Il existe même des plantes réputées pour leur capacité à absorber les bruits. Sans compter qu’elles veillent à une meilleure qualité de l’air ambiant.

Mais il n’y a pas que le bruit ou l’agitation des collègues pour nuire à la concentration au bureau. Dans cet article, nous avons évoqué les facteurs de stress physiologique. Il est clair que le stress psychique nuit également à la faculté de concentration. Autant il est important de veiller à une atmosphère de travail suffisamment silencieuse, autant la sérénité dans les relations humaines se révèle incontournable.

Anne Spicher

Latest Posts

Share via