vendredi, 24 septembre , 2021

Cuidam : lutter contre le harcèlement au travail

La start-up de la semaine est Cuidam. Marie Sallaberry, cofondatrice de Cuidam nous a accordé une interview sur sa plateforme de lutte contre le...

Les derniers articles

Au moins 1 jour de télétravail semaine pour conjuguer performance et qvt

D’après un sondage réalisé par Génie des Lieux, 75% des Français souhaiteraient fonctionner avec un jour de télétravail par semaine au minimum. Ce cabinet de conseil indépendant en design, co-conception et réalisation d’espaces de travail a mené son enquête auprès de 2006 salariés, afin de mieux comprendre la façon dont ils envisagent leur contexte de travail aujourd’hui, mais aussi pour le futur. Voici les principaux apprentissages de ce sondage. 

Seule la moitié des Français souhaiterait revenir au bureau. 

Les discours sur les rapports des Français avec le télétravail divergent, certains parlant de lassitude. D’après cette enquête, si 52 % des salariés expriment l’envie de revenir au bureau pour travailler en présentiel, 48%, en revanche, se montrent plutôt frileux. C’est 6 points de plus qu’en octobre où ils étaient 42%. À peine plus de 50% souhaitent donc revenir au bureau. Il est à noter que la propension à vouloir télétravailler est beaucoup plus marquée chez les 18-29 ans et les 45-59 ans. 

sondage télétravail tableau1

Retour au bureau : entre normalité, pression managériale, convivialité et efficacité 

Alors, pourquoi vouloir revenir au présentiel ? Les raisons sont nombreuses, d’après ce sondage sur le télétravail. 76% invoquent un besoin de retour à la normalité, en revanche un grand nombre déclare subir la pression de leur manager pour revenir au bureau, soient les ¾ des répondants. 63% veulent revenir pour être plus efficaces, 62% parce qu’ils veulent retrouver la convivialité. Ce dernier critère se rattache au besoin d’un collectif maintes fois évoqué ces derniers mois. Les salariés veulent se retrouver entre eux pour renouer et recréer une vie sociale autour de l’entreprise. Enfin, plus de la moitié (56%) veulent revenir pour la simple raison qu’ils ne sont pas correctement équipés pour télétravailler, ils cherchent un meilleur confort de travail. 

Ne pas revenir au bureau par peur du virus

Sur les 48% de répondants du sondage qui refusent de revenir au bureau et reste en télétravail, la raison invoquée à 82% est celle d’être contaminé par le virus de la maladie Covid-19. Par ailleurs, 63 % considèrent être beaucoup plus concentrés lorsqu’ils sont en télétravail et 62 % affirment qu’ils gagnent beaucoup de temps, car ils évitent les transports. Pour finir, 58 % ont simplement pris goût au télétravail et privilégient ce mode de fonctionnement. 

Pour ¾ des répondants au sondage, le tout présentiel n’est plus souhaitable 

25%, soit ¼ des répondants du sondage, ne veulent pas entendre parler de télétravail. En revanche, un écrasant 75% souhaiteraient au moins 1 jour de télétravail par semaine, afin de conjuguer performance et qualité de vie. Parmi eux 14% déclarent préférer 3 jours par semaine en télétravail, 8% voudraient au moins 4 jours et 5% la semaine entière. Si on se penche sur les tranches d’âge, 33 % des 18-29 ans et 32 % des 30-44 ans préfèrent 2 jours de télétravail. Alors que 32 % des 45-59 ans et 37 % des plus de 60 ans préféreraient 1 journée seulement en télétravail.

sondage télétravail tableau 3

Sondage télétravail : 88 % se sentent contrôlés

D’après le sondage, les avis divergent face à la question “Pensez-vous que votre manager vous fait confiance sur le travail que vous fournissez en télétravail ?”. 12% affirment que leur manager leur fait totalement confiance. En revanche 31 % pensent qu’ils sont quand même contrôlés. 32 % admettent que leur manager les contrôle énormément quand ils sont en télétravail et 25 % affirment se sentir contrôlés qu’ils soient en présentiel ou en distanciel. 

sondage télétravail tableau 2

Quid du télétravail en coworking ? 

D’après le sondage sur le télétravail, si beaucoup d’entreprises envisagent la possibilité de proposer des espaces de coworking aux salariés. Le besoin de ce type d’option n’est pas encore totalement exprimé côté salariés. Le sondage révèle que 13 % sont absolument intéressés par cette option et 44 % aimeraient d’abord la tester avant de juger. De même, le rapport au coworking n’est pas le même d’une zone géographique à l’autre. 5 régions sont très intéressées par ce mode de fonctionnement : la Bourgogne Franche-Comté (72 %), l’ Auvergne Rhône-Alpes et le Centre – Val de Loire (66 %), la Bretagne (64 %) et la Provence-Alpes-Côte d’Azur (63 %). Avec des avis mitigés pour les autres régions, deux en revanche se démarquent pour leur relatif manque d’intérêt envers le coworking : la Normandie (57 %) et la Corse (52 %).

La rédaction Poppins Journal

Latest Posts

Share via