vendredi, 24 septembre , 2021

Cuidam : lutter contre le harcèlement au travail

La start-up de la semaine est Cuidam. Marie Sallaberry, cofondatrice de Cuidam nous a accordé une interview sur sa plateforme de lutte contre le...

Les derniers articles

Les bureaux de demain après un an de pandémie et de crise économique

JLL a récemment sorti son étude sur les bureaux de demain : (Re)imaginer les bureaux de demain: 9 mois après le début de la crise, quelles perspectives pour les bureaux. Après plus d’un an de pandémie et de crise économique, les profils de salariés ont évolué. L’étude a été faite à partir du retour de 88 entreprises et de 207 salariés de bureaux interrogés en octobre 2020 au sein de l’Hexagone. 

Un contexte en perpétuel évolution

Depuis le début de la pandémie, le monde du travail s’est dégradé. De plus en plus d’individus sont en burnout ou en dépression. La santé mentale et physique des salariés sont de plus en plus en déclin du fait du télétravail. 23% des employeurs réfléchissent à investir dans des outils qui leur permettraient de veiller à la santé de leurs collaborateurs. 52% des Français se disent “effrayés” pour leur avenir professionnel. 43% des salariés ne se reconnaissent plus dans le projet collectif.

Télétravail généralisé oui mais tout n’est pas encore gagné

Le home office est-elle vraiment la meilleure solution pour les bureaux de demain? Les avis sont partagés. 37% voudraient télétravailler entre 1 et 2 jours par semaine lorsque l’épidémie sera derrière eux, et 29% souhaiteraient aller au-delà de 2 jours hebdomadaires. Mais beaucoup doutent de l’efficacité du télétravail. En effet, 1 personne sur 2 considère toujours que le télétravail peut nuire à la productivité. 49% des entreprises déclarent d’ailleurs que manager à distance demeure un défi. Beaucoup d’entreprises sont conscientes de la détresse mentale de leurs salariés.  36% des entreprises sont réticentes à l’idée de poursuivre un télétravail régulier une fois la crise passée. Les principaux freins du télétravail sont : inégalité de conditions de travail à 58%, métiers non adaptés à 49%, manque de productivité à 47%. 

graphique bureaux de demain frein du déploiement du télétravail

Le home office : un avis partagé pour les bureaux de demain 

Le home office n’est pas le même pour tous les salariés. En effet, tout le monde ne dispose pas du même cadre de travail. Si pour certains il est optimal, pour d’autres certains facteurs rendent la démarche compliquée :  poste de travail pas confortable, faible débit, espace de travail non adapté. Près d’un tiers des salariés comptent sur le soutien de leur employeur pour aménager un espace de travail ergonomique chez eux et considèrent que leurs factures d’internet et d’électricité doivent faire partie du package home-office proposé. 82% des entreprises envisagent de déployer des équipements technologiques pour que leurs salariés travaillent à distance. Le home office reste une solution envisageable pour les bureaux de demain.

Les nouveaux arbitrages urbains des bureaux de demain

Les employeurs sont de plus en plus flexibles qu’avant la pandémie. Ils ont apprécié l’absence d’allers-retours pendulaires (55%), les horaires modulables (44%) et même, pour certains, un meilleur équilibre des temps de vie (28%). 48% des entreprises réfléchissent à déployer des espaces de coworking (internes ou externes). L’idée progresse côté salariés également : 28% aimeraient avoir accès à des tiers-lieux. 54% des salariés sont séduits à l’idée de déménager loin de leur lieu de travail et 40% des entreprises explorent l’idée. Le travail en full remote est une opportunité pour les entreprises. Ce modèle leur permet de trouver des talents partout dans le monde.

graphique bureaux de demain option de flexbilité

Les bureaux club ou les flex office ?

Le covid marquera à jamais les habitudes de travail. En effet, il est possible que post covid les employés n’iront au bureau que 3 jours par semaine. Les jours de présentiel permettraient d’effectuer les tâches collectives : co-construire, se socialiser. Les entreprises doivent donc adapter des espaces de travail collectif ainsi que des bulles individuelles pour permettre l’isolement. Le flex office est plus que jamais pertinent. En effet 59% des entreprises souhaitent adopter le flex office et intensifier leur taux de mutualisation. Cependant cette mise en place sera de pair avec un monitoring aiguisé. 83% des entreprises souhaitent laisser leurs collaborateurs assez libres dans le choix de leurs jours de télétravail : 40% opteraient pour des jours totalement à la carte et 43% préféreraient un déploiement hybride avec des jours à la main des collaborateurs et des jours imposés. 

Le flexibilité immobilière un atout des bureaux de demain

graphique bureau de demain optimiser empreinte immobilière

47% des entreprises affirment qu’elles souhaitent réduire leur empreinte immobilière, en moyenne à hauteur de 28%. 73% des entreprises envisagent une montée en gamme de leurs espaces. La rationalisation passera avant tout par la recherche de flexibilité immobilière : sous location, les renégociations de baux, recours un à coworker. Seuls 17% des entreprises ont déjà assoupli les modalités de mise à disposition de leurs biens , mais le sujet n’est pas clos, 48% mènent des réflexions sur le sujet.

Margaux Fusilier

Latest Posts

Share via