dimanche, 24 octobre , 2021

Cuidam : lutter contre le harcèlement au travail

La start-up de la semaine est Cuidam. Marie Sallaberry, cofondatrice de Cuidam nous a accordé une interview sur sa plateforme de lutte contre le...

Les derniers articles

Le slow management : à la découverte du management alternatif

Pourquoi un management alternatif ? Le management traditionnel a montré ses limites : la pression imposée aux collaborateurs n’est pas toujours aussi porteuse et stimulante qu’on le pensait il y a quelques années. En particulier lorsqu’il s’agit d’imposer des délais stricts, qui se révèlent parfois facteurs de stress. Les techniques alternatives de management mettent en avant une approche entièrement différente, qui permet de construire une autre relation entre le gestionnaire de projet et ses collaborateurs. Le Slow management invite à considérer que le salarié chargé d’une mission doit disposer exactement du temps dont il a besoin pour la remplir de manière qualitative. On vous en dit plus ci-dessous.

Quand le management alternatif s’inspire du mouvement Slow

Vous avez certainement entendu parler du Slow Food, ce mouvement né en Italie, en réaction aux dérives du fast-food. Aujourd’hui, le mouvement Slow ne se limite plus à la nourriture, loin de là. Il a même, dernièrement, fait son apparition dans le vocabulaire de certains managers, qui prônent désormais le Slow management. Cette forme de management alternatif part de l’hypothèse que ce n’est pas parce qu’un collaborateur remplit une mission dans des délais très courts que le résultat sera forcément qualitatif.

Le Slow management constitue une petite révolution, puisqu’il s’agit d’adapter les délais au rythme de travail des collaborateurs, dans le but de leur permettre de donner le meilleur d’eux-mêmes. Cette approche alternative du management vise à rétablir une relation saine au temps dans le cadre du travail, en mettant en avant des délais ressentis comme naturels par chaque employé.

On comprend aisément que cette démarche se heurte à des réticences. Non seulement les managers n’ont pas appris à gérer leurs équipes de cette manière, mais tous ne savent pas non plus organiser les missions d’un projet en prenant en compte le rythme de chacun. 

Pourquoi et comment introduire le slow management dans l’entreprise ?

Certaines entreprises ont aujourd’hui tendance à détourner le principe du Slow management. Elles s’en réclament, certes, et revendiquent une stratégie de management alternative, mais se contentent dans les faits de restreindre l’accès de leurs collaborateurs aux sources de distraction numériques que peuvent constituer par exemple les messageries. Cette approche n’est évidemment pas fidèle à la philosophie Slow.

Imaginons donc que vous soyez convaincu des bienfaits de laisser chacun prendre son temps pour apporter plus de soin à la réalisation de ses missions. Comment allez-vous pouvoir convertir votre entreprise à un management alternatif comme le Slow ?  Le concept qui consiste à ne pas multiplier les tâches à effectuer en simultané est évidemment pertinent. Vous pouvez commencer par là et habituer peu à peu vos collaborateurs à se concentrer sur une seule mission. 

De même, une sensibilisation à l’importance de faire des pauses pour se ressourcer, mais aussi prendre les bonnes décisions, se révèlera vite incontournable. Vous pourriez aussi repenser le droit à la déconnexion dans vos discussions d’équipes. 

Les raisons d’adopter un management alternatif comme le Slow sont nombreuses. Pour les salariés, l’avantage est de ménager des moments de détente, mais aussi de pouvoir travailler à son rythme, en accordant toute son attention aux tâches à accomplir. Les managers eux-mêmes devraient prendre conscience qu’un collaborateur plus détendu est aussi plus efficace, voire plus créatif. Enfin, le Slow management est aussi une excellente manière de souder les équipes en renforçant les interactions. 

Anne Spicher

Latest Posts

Share via