dimanche, 16 mai , 2021

Nous avons lu le roman “Mais qui a tué Bob ?”

“Mais qui a tué Bob ?” est un roman qui raconte la relation d’un manager toxique avec ses collaborateurs. Écrit par Gaël Chatelain Berry,...

Les derniers articles

Le nouveau rapport Supermood : l’engagement des collaborateurs face à la crise sanitaire

A la sortie du confinement l’engagement des collaborateurs a évolué en fonction des individus. La plateforme d’enquêtes intelligentes Supermood a récolté plus de 213 000 réponses, avec plus de 100 entreprises afin de créer un rapport au plus près des réalités : l’engagement des collaborateurs face à la crise sanitaire.

Les grandes tendances du travail pendant la crise sanitaire

L’engagement des collaborateurs a augmenté pendant la crise grâce à la bonne gestion de la crise par les entreprises :

  • une mise en place efficace du télétravail généralisée
  • application stricte du protocole sanitaire
  • licenciements très limités grâce avec le chômage partiel

Les PME et ETI connaissent une hausse fulgurante de l’engagement des collaborateurs, de 7 points pour les PME passant de 55% avant la crise à 62% pendant la crise et de 12 points pour les ETI, passant de 44% avant la crise à 56% pendant la crise. Cette hausse est la conséquence d’une forte culture d’entreprise, fédératrice. Les grandes entreprises ont augmenté de 2 points l’engagement, cette fois-ci grâce à la sécurité offerte par l’entreprise, en passant de 48% avant la crise à 50% pendant la crise.

Les femmes quant à elles sont moins engagées que les hommes de 2 points, 53% pour les femmes et 55% pour les hommes. L’équité reste un sujet sur lequel des efforts sont encore demandés. L’ancienneté de la personne dans l’entreprise agit également sur l’engagement de l’individu. En effet, on remarque qu’une personne ayant plus de 10 ans d’ancienneté sera moins engagée qu’une personne ayant moins de 10 ans d’ancienneté. Avant la crise les seniors étaient engagés à 56% ils le sont maintenant à 50%. Mais pourquoi ? Un senior a plus de responsabilités qu’un junior ce qui lui demande une charge de travail supplémentaire. De plus, il doit s’adapter à la situation, sans avoir les mêmes opportunités qu’un profil plus jeune.

On remarque que pendant les confinements de mars 2020 et octobre 2020 les collaborateurs étaient plus engagés que lors de la période de déconfinement de mai à octobre 2020. Les chiffres le témoignent car l’engagement a baissé de 8 points de mai à juin 2020 lors du déconfinement, passant de 55% à 47% et a augmenté de 8 points lors du confinement entre octobre et novembre 2020, en passant de 48% à 56%.

Les grandes tendances accentuées et masquées par la crise sanitaire

Malgré les nombreux points négatifs de cette crise sanitaire, elle a également permis d’accentuer certaines tendances présentes dans le monde du travail :

  • la polarisation du monde du travail : elle s’illustre par l’augmentation simultanée des emplois qualifiés et des emplois peu qualifiés, créant ainsi des inégalités grandissantes entre les différentes catégories de travailleurs.
  • la personnalisation des demandes employés : avec des contraintes spécifiques à la situation exceptionnelle, les managers et RH doivent le plus possible personnaliser leurs réponses.
  • la demande de télétravail et de cohésion : si certains sont satisfaits du télétravail, d’autres voient en cela un risque pour la cohésion d’équipe.
  • la nécessité de la culture de la confiance

La culture de la confiance est un pilier essentiel à l’engagement des collaborateurs en cette période de pandémie. En effet, avec le télétravail et une communication entravée en distanciel, il faut savoir concilier la cohésion d’équipe avec de nouveaux moyens de communiquer et travailler. Les attentes des collaborateurs ont évolué laissant place à d’autres priorités : l’équipe (+15 points), la communication (+9 points) ou encore l’écoute et la bienveillance (+6 points). Les attentes plus traditionnelles ont baissé dans les sondages comme l’ambiance et l’évolution (-21 points) ou encore le salaire (-17 points) et les avantages (-8 points). Cette culture est de plus en plus plébiscitée par les collaborateurs, en effet elle peut être un atout, mais attention à ne pas confondre confiance et infantilisation.

Des indicateurs d’engagement des collaborateurs en forte baisse avec la seconde vague

La seconde vague de l’épidémie a affecté négativement l’engagement des collaborateurs. En effet, cette période caractérisée par son instabilité, pèse sur les entreprises et leurs employés. La baisse d’engagement est dû principalement à plusieurs facteurs :

  • la hausse de la charge de travail
  • le manque de visibilité
  • l’adaptation à un nouveau rythme de retour aux bureaux
  • les respects du protocole sanitaire
  • la dégradation de la communication interne

Il existe plusieurs solutions afin de maintenir l’engagement des collaborateurs dans ce contexte instable. Ces solutions sont tirées d’avis des collaborateurs sur la plateforme Supermood. Tout d’abord, il faut permettre plus de flexibilité grâce au télétravail. Il permet plus d’efficacité et de productivité et permet aux individus d’être plus agiles et flexibles. De plus, il faut assurer une bonne cohésion d’équipe : des points d’équipes réguliers permettant de garder un certain contact humain et proposer également des moments de détente informelles car la cohésion passe par là aussi. Pour finir, adopter une communication claire et rassurante permettra de ne pas abandonner vos équipes et de les guider plus facilement.

Margaux Fusilier

Latest Posts

Share via