mercredi, 28 juillet , 2021

Cuidam : lutter contre le harcèlement au travail

La start-up de la semaine est Cuidam. Marie Sallaberry, cofondatrice de Cuidam nous a accordé une interview sur sa plateforme de lutte contre le...

Les derniers articles

Le télétravail : on aime ou on n’aime pas ?

Les avis sur le télétravail divergent. La crise sanitaire a contribué à généraliser le recours des entreprises au télétravail. Travailler à distance constitue pour beaucoup d’entre nous un bouleversement de nos pratiques. Certains collaborateurs ont ainsi été déboussolés par les changements de rythmes ou l’absence de structures, d’autres à l’inverse, ont tout de suite trouvé leurs marques. Il n’est donc pas surprenant que le télétravail enflamme les passions. Nos réactions face à cette situation apparaissent souvent comme le reflet de notre personnalité.

Les avis sur le télétravail : un débat passionné

De nombreuses entreprises avaient déjà recours au télétravail avant la crise sanitaire. C’était  le cas des nomades digitaux et de leurs e-boutiques ou de leurs organismes de formation. Pour autant, le recours au distanciel demeurait encore timide dans d’autres branches d’activité et la plupart des entreprises en faisaient plutôt un usage ponctuel, par exemple à raison d’une journée par semaine.

Depuis qu’il est imposé, le télétravail enflamme les esprits. Serait-il le signe de notre difficulté à nous tourner vers de nouveaux modes de penser ou de nous organiser ? Ou tout simplement le reflet d’une difficulté de certaines entreprises à organiser le distanciel de manière rationnelle et efficace ? Il est clair que les deux facteurs peuvent jouer. Certains salariés avouent ainsi se sentir un peu perdus sans la proximité de leurs collègues, sur qui ils avaient l’habitude de s’appuyer. D’autres éprouvent des difficultés à s’organiser en autonomie ou à ne pas recevoir de consignes claires. 

Si la solitude pèse a certains, d’autres s’épanouissent dans le télétravail, comme l’a montré la réticence de certains salariés à retourner au bureau après le déconfinement. Ils apprécient la liberté organisationnelle qui leur est offerte, mais estiment aussi gagner du temps en limitant les transports. 

Aimer ou ne pas aimer le télétravail : une question de personnalité ?

Comment expliquer des avis aussi partagés sur le télétravail ? L’hypothèse la plus évidente est que notre attitude face au distanciel relève pour beaucoup de notre personnalité et de notre manière d’envisager le travail. Bien sûr, le type de métier joue aussi un rôle non négligeable dans notre perception positive ou négative du télétravail. Mais les deux facteurs se rejoignent, dans la mesure où la plupart d’entre nous, du moins ceux qui sont épanouis au travail, exercent un métier en accord avec leur personnalité.

Le télétravail convient idéalement aux personnes indépendantes, voire aux créatifs. Elles s’épanouissent dès lors qu’on leur laisse une certaine autonomie et lorsqu’elles ne sont plus soumises à des méthodes de management intrusives. Ainsi, certains salariés voient le télétravail comme une véritable libération. Certaines personnalités savent idéalement organiser leur temps de travail. Elles sont plus efficaces, parce qu’elles ne sont plus soumises à un flux de tâches unique, imposé à tous les collaborateurs de l’entreprise. Ce sont les personnes qui aiment par exemple se ménager de nombreuses petites plages de travail entrecoupées de pauses.

A l’inverse, ceux qui souffrent le plus du télétravail et sont pressés de retourner au bureau sont les salariés qui aiment les contacts humains et que la présence de leurs collègues stimule. Ils apprécient les réunions quotidiennes et les séances de briefings du manager, que d’autres considèrent comme d’intolérables pertes de temps. 

Le mérite du télétravail ne serait-il pas d’avoir mis en évidence une nécessaire adaptation des pratiques managériales, dans l’optique d’une meilleure prise en compte de la manière de travailler de chacun ?

Anne Spicher

Latest Posts

Share via