mercredi, 28 juillet , 2021

Cuidam : lutter contre le harcèlement au travail

La start-up de la semaine est Cuidam. Marie Sallaberry, cofondatrice de Cuidam nous a accordé une interview sur sa plateforme de lutte contre le...

Les derniers articles

Quand le travail met la libido en berne

Une récente étude Ifop et Gleeden parue en décembre 2020 évoquait l’impact du confinement sur la sexualité des couples et des célibataires. Parmi les facteurs d’influence : le télétravail. Inhibiteur de libido pour certains, travailler à la maison a en revanche réveillé les ardeurs des autres. D’un point de vue général, une libido en berne peut être due à deux nombreux facteurs. Le travail est l’un d’entre eux. On fait le point.  

Nouveau boulot, perte de libido

La prise d’un nouveau poste peut être associée à une libido en berne. Interrogée à ce sujet sur Europe1, la psychanalyste et sexologue Catherine Blanc explique qu’un nouvel emploi génère des préoccupations. “La libido peut dépendre de la charge émotionnelle, de la préoccupation et de l’inquiétude que nous tentons de gérer et d’apaiser au quotidien”. Explique-t-elle. Il faut être à la hauteur du poste, ce qui amène à se questionner sur ses compétences. D’autre part, les premières trois à quatre semaines correspondent à la prise de marque. Il faut comprendre le nouveau contexte de travail, la nouvelle équipe, faire preuve de ses compétences. Autant de facteurs qui occupent la tête et amènent la personne à se questionner sur ses capacités. Un état psychologique qui peut donc se traduire par une moins grande envie de faire des galipettes. 

Pas de panique cependant, une fois la personne en place et rassurée sur ses compétences à ce poste, les soucis de confiance en soi s’effacent. Bonne nouvelle pour la libido. D’autre part que tout le monde se rassure, nouveau travail ne veut pas tout le temps dire libido en berne. Pour certains, la prise de poste booste la confiance, l’image de soi et se traduit par un regain de sex appeal.

Le travail userait-il la libido ?

Pour beaucoup, le travail est un domaine de la vie dans lequel nous plaçons une grande ambition. Travail et désir seraient donc étroitement liés. Satisfaire des attentes, remplir une mission avec succès, recevoir de la reconnaissance sont source de plaisir. Il s’agit de satisfaire des demandes, un schéma au final très proche de celui que l’on retrouve dans la sexualité. Le travail userait donc une bonne partie de notre libido ? C’est vraisemblable si l’on en croit Catherine Blanc qui explique qu’elle peut être segemtée dans de multiples domaines. 

Stress et libido en berne

Peu de place pour le désir lorsque l’on subit son quotidien. Horaires à rallonge, blurring, surcharge de travail… Le travail est une grande source de stress au 21e siècle. Pour certains la connexion permanente avec le travail les met dans un état de veille ou la sexualité à des difficultés à prendre sa place. Pour d’autres, gérer le travail et la vie personnelle, comme les tâches quotidiennes, administratives et les enfants, consume une énergie phénoménale, pas question de penser au sexe dans ces conditions. 

Dans d’autres cas, une libido en berne peut être associée à un autre type de contexte de travail stressant : le harcèlement. Un phénomène qui ne doit pas être pris à la légère, qu’il s’agisse de harcèlement sexuel ou moral. Avec les confinements successifs, le télétravail n’a pas freiné le phénomène, au contraire, l’isolement des salariés peut aussi les rendre plus vulnérables. 

Et le télétravail dans tout ça ?

D’après l’étude Gleeden et Ifop le désir serait revenu durant le second confinement, où un français sur trois en aurait profité pour s’adonner aux plaisirs de la chair sur ses heures de télétravail. Alors le télétravail aiderait-il à lutter contre une libido en berne ? Pas si sûr si l’on en croit l’étude qui laisse entendre que ce regain de désir sexuel pourrait correspondre plutôt à un vide affectif à combler. D’ailleurs d’après Gleeden, le télétravail chez les couples mariés aurait eu un impact plutôt négatif puisque 80% des femmes mariées auraient déclaré ne plus éprouver de désir pour le conjoint depuis qu’elles travaillent à la maison.

Mélanie Le Guen

Latest Posts

Share via