dimanche, 24 octobre , 2021

Cuidam : lutter contre le harcèlement au travail

La start-up de la semaine est Cuidam. Marie Sallaberry, cofondatrice de Cuidam nous a accordé une interview sur sa plateforme de lutte contre le...

Les derniers articles

J’ai eu le coronavirus : comment remonter la pente ?

“ J’ai eu le coronavirus. Mais comment expliquer des semaines plus tard que l’on est encore fatigué à cause de cette maladie sans passer pour quelqu’un qui exagère ?” Charlotte a été diagnostiquée positive à la Covid 19. Presque deux mois plus tard, des restes de la maladie sont encore là. Sans avoir manifesté de forme grave, elle en subit encore les conséquences, la fatigue notamment. Comme pour beaucoup, la disparition des symptômes de présence de la maladie a laissé la place à d’autres, plus insidieux. Comment se relever après une telle période de maladie ? Mais surtout pourquoi est-il important de prendre le temps de se remettre ? 

Comprendre que l’on a été contaminé

Migraines en continu, angine, rhume classique… Les symptômes se sont succédés. Mais au départ, ils étaient loin d’être ceux que l’on pouvait lire partout dans les médias et sur internet. C’est au moment de la perte de goût et d’odorat que la sonnette d’alarme a retenti. Un test positif plus tard, c’est l’assignation à résidence, puis l’apparition des “vrais symptômes”. Ceux dont tout le monde entend parler : sinusite, fièvre, manque important de souffle et surtout, grande fatigue. “Des choses simples comme me lever du canapé pour aller dans une autre pièce prenait beaucoup d’énergie. De retour dans mon canapé je m’écrasais pour 2 heures de plus” explique Charlotte. 

À ce moment là, une forme de culpabilité apparait. “Je n’ai pas eu de comportement à risque, je portais mon masque et me lavais les mains régulièrement. Ma vie sociale étant limitée aux vues des circonstances. J’ai refait le scénario plein de fois dans ma tête pour essayer de comprendre comment et où j’avais bien pu l’attraper. Mais surtout, j’ai paniqué à l’idée d’avoir peu-être contaminé des proches. J’étais allée au restaurant. Pour manger, il a bien fallu enlever le masque… Je ressentais tellement de culpabilité lorsque je les ai appelés pour les prévenir” explique Charlotte.

J’ai eu le coronavirus, ça dure depuis deux mois

Une fois les symptômes disparus et l’obligation d’isolement levée, Charlotte a repris le travail au même rythme que d’habitude. Une semaine plus tard, elle tente de faire de l’exercice, pour reprendre un peu d’énergie. Elle manque de faire un malaise dans les 5 premières minutes d’effort. Son corps est plus affaibli qu’elle ne le pensait. Les jours avancent et Charlotte réalise qu’elle ne parvient pas à être à son maximum. Pire, son manque d’énergie l’inquiète pour le travail et génère du stress. “Je ne savais pas comment justifier le fait d’être si fatiguée. Dire que j’ai eu le coronavirus pour expliquer la fatigue d’une semaine ou deux est une chose. Mais quand c’est trois ou quatre semaines plus tard, on se dit que c’est peut être une excuse facile.” 

J’ai eu le coronavirus. Mais comment expliquer des semaines plus tard que l’on est encore fatigué à cause de cette maladie sans passer pour quelqu’un qui exagère ?

C’est à ce moment-là que des symptômes de dépression sont apparus. “J’avais un sentiment d’impuissance, tout me dépassait, je pleurais pour un oui ou pour un non, tous les jours…” explique-t-elle. Une émotivité à fleur de peau que Charlotte ne comprend pas. “J’ai décidé de me rendre chez le médecin pour lui demander pourquoi je n’arrivais pas à me relever. Il a tout de suite paru concerné, mais sa réponse a été rassurante”. D’après le médecin, de très nombreuses personnes qui ont eu le coronavirus ont manifesté par la suite un état dépressif. Sur l’ordonnance : un traitement naturel pour faire baisser le stress, mais aussi un traitement pour l’aider à reprendre de l’énergie. Charlotte a refusé les anxiolytiques légers qui lui ont été suggérés. 

J’ai eu le coronavirus : Remonter la pente après le coronavirus

“Lorsque je dis que j’ai eu le coronavirus, beaucoup de gens réagissent comme si j’annonçais avoir eu un accident. Ils prennent un ton alerte et désolé” témoigne Charlotte. La maladie inquiète encore beaucoup de personnes, mais de plus en plus ont aussi conscience de ses effets sur le long terme. “J’ai l’impression que c’est un peu la loterie avec ce virus. Certains ont eu le virus en mars et ne s’en sont pas encore totalement remis, d’autres on eu l’équivalent d’un rhume et plus rien.” Dans tous les cas, les témoignages sur la fatigue latente et la difficulté à se remettre des patients qui ont eu le coronavirus sont de plus en plus nombreux.

J’ai eu le coronavirus, comment remonter la pente

Alors, comment passer cette période post-coronavirus, d’autant plus quand on la vit en hiver, couplée avec la fatigue saisonnière ? “Mon médecin m’a tout de suite conseillé de prendre le temps de sortir tous les jours. Prendre l’air, marcher simplement, aller le plus possible vers la nature lorsque c’est possible. Il m’a aussi encouragé à avoir un lien social. Parler avec des amis et les proches et déconnecter du travail dans ces moments-là. “ Sur ses conseils, elle se traite avec des plantes réputées pour leur effet sur l’humeur et contre le stress. Valériane, passiflore, griffonia… un petit coup de pouce naturel. Mais pour redémarrer la machine entre fatigue et déprime, il a tout de même fallu donner un petit coup de fouet avec un traitement. 

Prendre soi de soi et s’écouter

Prendre soin de soi, donc. Du repos, bien sûr, mais aussi un minimum d’exercice, le corps étant encore fatigué, les entraînements intensifs sont donc déconseillés. Un peu de marche tous les jours est suffisant. On peut passer à de la marche rapide ou du jogging une fois l’énergie retrouvée. “Bien entendu il n’y a pas de secret, que j’aie eu le coronavirus ou pas, faire attention à ce que je mange et éviter l’alcool aide beaucoup. Mais ça c’est un conseil qui marche en toute circonstance” ajoute Charlotte. Bien entendu, dormir un nombre suffisant d’heures et s’autoriser des siestes de 10-15 minutes dans la journée est recommandé. Tout comme vaquer à des occupations reposantes en soirée et week-end. Pour Charlotte par exemple, prendre le temps et se reposer passe par la lecture. Dans tous les cas, la patience est de mise, ainsi que l’indulgence envers soi-même.

Mélanie Le Guen

Latest Posts

Share via